Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

blog de lanuitparle

Un truc où j'écris

 

vous êtes ... à avoir visité

25 décembre 2006 1 25 /12 /décembre /2006 12:07
Soir de Noël, minuit 10, mayoub amie aimée,

Une chorégraphie de Bob Fossé à la télévision, la moitié de la maisonnée s'est couchée, l'autre l'a été par la première moitié, des journées très pleines, pleines des besoins de régulation qu'ont les enfants, ballades à Saintes avec Marie et rencontres avec quatre acteurs avec lesquels j'engage la conversation et que nous recroiserons dans les rues dans l'heure qui suit, échanges de sourires, l'une des femmes est très belle, des acteurs dans des costumes très réalistes de l'époque de la Révolution, qui annoncent une série de spectacles dans les jours à venir, je prends les dates très envie d'y aller, je te le proposerai peut-être la semaine prochaine.

Je suis content de t'aimer ce soir. Me semble y voir assez voir ce soir, et depuis plusieurs jours. Journée très dense aussi avec papa, que je baigne ce matin, images très dures de sa maigreur, me viennent à l'esprit les photos que Guibert avait faites de ses vieilles tantes, images de la très grande vieillesse et de la douceur, je ne savais pas que nous en serions là, j'en parle à Béatrice de ce sentiment que j'ai eu, l'impossibilité pour moi de laver et d'essuyer toutes les parties de son corps, pas les fesses, ni le sexe, c'est lui qui s'y colle, des gestes lents qui se perdent quelque part entre le projet de se laver, le faire et le résultat. Comme si le geste ne pouvait s'arrêter une fois lancé, pris par sa propre inertie. Ou comme si papa s'y rassurait parce que le geste est maîtrisé.

Qu'est ce qui l'arrête alors ce geste ? Nul ne le sait, peut-être la fatigue. Ce moment me fut difficile. Je dis à Béatrice que des photos de papa à ce moment-là nous auraient parlé de la mort. Après le repas, je vois mon père faire des efforts, nous l'asseyons dans son lit avec Béatrice, je le porte sous les bras, le décolle pendant qu'elle installe le traversin plié en 3. Ses efforts portent vite des résultats. Comme si ce qu'il arrivait à boire lui apportait de suite un peu d'énergie.

Papa se salit systématiquement depuis hier, se pisse dessus, maman a fait acheter des couches à Béatrice, on n'appelle pas cela des couches, on appelle ça comment déjà, j'ai trouvé le mot très discret, très respectueux des personnes âgées qui ne se tiennent plus. C'est peut-être le mot de maman d'ailleurs, mon père le vit bien, pas de se pisser dessus mais d'avoir des couches.

Papa nous a dit tout à l'heure que si nous ne l'avions pas fait réagir, il ne serait plus là. Grand bonheur de se dire que papa reste pour nous, il fait tout cela pour nous, et tout cela nous relie, nous aime. On ne dit pas cela "tout cela nous aime", ça veut dire, tout ça construit du lien fort, de l'amour.

Je sais mieux l'amour Youb, je ne suis dans aucune possession.

Partager cet article

Repost 0
Published by lanuitparle - dans mon père
commenter cet article

commentaires