Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

blog de lanuitparle

Un truc où j'écris

 

vous êtes ... à avoir visité

17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 18:08
Pour illustrer un travail sur la dignité, mené à Rabat (Maroc) par l'artiste Corine Troisi en lien avec l'Institut français, voilà le conte que nous avons imaginé. Il devait à la fois dénoncer l'injustice dans le domaine privé (le scandale des petites bonnes) et ne pas discriminer explicitement. N'hésitez pas à laisser votre avis. Le conte deviendra un film d'animation illustré par les enfants de l'école française et sera joué par les enfants d'une école marocaine.

Comment la dignité a à voir avec ...

Un homme avait une fille, un chien et un serviteur. Il chérissait la première, nourrissait trop le second et battait le troisième. C’était là sa façon de faire.
La fille bien aimée ne mangeait jamais à sa faim et enviait le chien. Le chien trop nourri manquait de caresses et enviait la fille.
Nul n’enviait le serviteur qui enviait chacun et manquait de périr chaque jour sous une avalanche de coups. Un jour cet homme tomba sur la tête et tout se mélangea dans son esprit. Il ne savait plus qui chérir, ni battre et encore moins qui nourrir.

Il demanda au premier qui entra dans sa chambre. C’était le serviteur. Le serviteur lui dit, « Nourris moi, chéris ta fille et bats ton chien ». L’homme en parut étonné et s’apprêtait à agir ainsi lorsque sa fille apparut.

« N’écoute pas le serviteur, lui dit-elle. Tu n’y es pas du tout. Nourris moi, chéris ton serviteur et bats ton chien ». L’homme en parut étonné et s’apprêtait à agir ainsi lorsque son chien apparut.

«N’écoute pas ta fille, lui dit-il. Tu n’y es pas du tout. Chéris moi, nourris ton serviteur et bats ta fille ».

L’homme hésita longtemps. Très longtemps. Et finit par aller voir le sage. « Afin de ne pas te tromper, offre le meilleur à chacun lui suggéra celui-ci. Et ainsi le monde tournera plus rond ». L’homme rentra chez lui, jeta son bâton, prépara un bon dîner, dressa la table et y invita sa fille, son chien et son serviteur. Et jamais plus on ne mourut de faim, ni ne manqua d’amour, ni ne fut frappé dans cette maison.

Partager cet article

Repost 0
Published by lanuitparle - dans contes
commenter cet article

commentaires