Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

blog de lanuitparle

Un truc où j'écris

 

vous êtes ... à avoir visité

13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 07:37
rostropovitch2.jpg

1. Préalables au conte : Le conte a été écrit après la rencontre avec Alexandre Romanès. C'est le fondateur du cirque tsigane Romanès. Arte lui a consacré un reportage de 52 minutes en 2000, le quotiden "le monde" de nombreux articles.
C'est un conte difficile pour les enfants dans la mesure où il les transporte dans des temporalités différentes. Et pourtant il fonctionne.  A deux reprises, on demande aux auditeurs de fermer les yeux, au début du compte et pendant les numéros du cirque. 
Nous tenions à associer Bach, Rostropovitch, le mur de Berlin, l'univers du cirque et Alexandre Romanès. Alexandre nous raconta qu'il avait joué Bach dans la rue et dans les églises après son départ du cirque familial Bouglione.
Les contes sont toujours écrits à 2. On construit la trame avec M, je lui soumets une ébauche d'histoire. Et l'échange commence sur cette base là. Ou elle me dit un conte traditionnel et nous lui ajoutons une nouvelle intrigue. Est-ce qu'il y manque des choses ? Quels sont les problèmes à résoudre ? Ici dans "on joue Bach", les problèmes posés dans la situation initiale sont de 2 ordres; la place d'Alexandre le fils dans le cirque et l'évasion du lion.  

Le mur de Berlin est prétexte mais il permet un parallèle entre la ville de Berlin et le village où les gitans arrivent. Les gitans d'un côté que l'on accuse d'avoir laissé fuir le lion, les villageois de l'autre.
Aparté sur le mur de Berlin (réalisée à partir de l'exposition proposée par le mémorial de Caen). Il est construit dans la nuit du 12 au 13 août 1961. A 1 heure du matin, le métro qui relie les 2 parties de la ville cesse de fonctionner. On avait pris soin auparavant de stocker 40 kilomètres de barbelés et des milliers de poteaux dans les casernes. 25000 miliciens sont disposés le long de la ligne de démarcation entre les 2 états. Soit 1 tous les 2 mètres.
Le Mur coupe 192 rues (97 entre les deux Berlin et 95 entre Berlin-Ouest et la RDA), 32 voies ferrées, 8 lignes de S-Bahn et 4 de métro, 3 autoroutes, plusieurs rivières et lacs. Sur les cours d’eau, le Mur, constitué de grilles immergées, est constamment patrouillé par des vedettes. 
L'image de Rostropovitch y jouant une sarabande de la deuxième suite de Bach en mémoire des victimes du mur restera pour toujours hautement symbolique. Le mur tombe le 9 novembre 1989.
 
2. Mise en scène du conte. Il est dit en 7 tableaux. Conter en tableaux permet de mieux suivre la structure du conte. Et d'apporter à chacun des évolutions ou des développements sans toucher à l'ensemble du conte. Certains tabeaux s'appuient sur les plans de cinéma.   
     1er tableau. Lancement de Rostropovitch (la musique) qui joue Bach, les enfants ont les yeux fermés, on est aux pieds du mur de Berlin. On écoute Bach. Un enfant à 1000 kms de là, entend jouer Rostropovitch (radio). C'est Alexandre. Il découvre le même jour, Berlin, Rostropovitch, Bach et le violoncelle
     2nd tableau. L'arrivée du cirque la nuit, retour en arrière sur la décision d'accueillir le cirque. On peut ajouter là 2 nouveaux personnages, 2 enfants qui ne dormiraient pas et assisteraient à l'arrivée du cirque, on pourrait les retrouver tout au long du récit. Au tableau 3, derrière la porte de la caravane, elles sont sur le chemin de l'école et entendent ce qui se passe derrère la porte. Puis on les retrouverait au tableau 7 (spectacle) et enfin au tableau 8, au moment où Alexandre quitte le cirque.
     3ème tableau. A l'intérieur de la caravane entre le père et le fils, "on ne fera jamais rien de toi"
     4ème tableau. Le lion a disparu, Alexandre s'en rend compte en sortant de la caravane, alerte puis organisation des battues. L'alerte est lancée, la narration est accélérée, nombreux verbes d'actions et entrée en scènes de nombreux acteurs, police, pompiers, villageois.   
     5ème tableau. la recherche du lion, on entend rugir, non, on n'est sûrs de rien, on cherche dans 4 directions (la colline, la forêt, la rivière, les champs de blé). La scène est assez longue, tous les soirs on compte les hommes et les bêtes. Les enfants sont maintenus à la maison. Le ton monte entre les gitans qui cherchent et qui ont perdu le lion et les villageois qui disent les voir rôder autour de chez eux,
     6ème tableau. le samedi, le moment de la décision. Maintient-on ou non le spectacle ? La décision est prise par le maire en conseil municipal, narration des débats, le spectacle aura lieu, les artistes sont épuisés, ils ont cherché le jour et répété la nuit.
    7ème tableau. Le spectacle, gradins remplis, hostilité du public, les villageois, 2 communautés se rencontrent là
          scène 1 : Alexandre, le père dans les coulisses s'apprête à lancer la soirée. A chaque fois, décrire le numéro et le comportement du public, à travers le comportement des  mères et des enfants. "Chut, on n'est pas là pour ça". 
          scène 2 : 1er numéro, les trapézistes, faire fermer les yeux aux enfants, la scène est plutôt imaginée. Surtout les vêtements et les figures dans les airs, insister sur la lumière et les couleurs. Toute la scène est décrite alors que les enfants ont les yeux fermés.
          scène 3 : 2nd numéro, le clown, développer cette partie, chercher des vidéos de clown
          scène 4 : 3ème numéro, l'écuyère, développer cette partie.
          scène 5 : le spectacle est terminé, Alexandre, le père doit remercier la foule, ça gronde, ça tape dans les gradins, ça tape dans les mains, mais ça n'acclame pas, ça proteste, ça va régler ses comptes. La scène se passe dans les coulisses.
          scène 6 : l'entrée en scène d'Alexandre, le fils, on entend  d'abord la musique. Rostropovitch. Puis l'on voit le gosse qui porte son violoncelle, c'est importable un violoncelle, on le voit le porter, le gosse joue. Scène assez longue, la foule s'est tue, les mains des mères ont quitté celles des enfants et leur bouche, on est bouche bée. On joue Bach, c'est le gosse qui joue Bach.
     8ème tableau. Alexandre quitte le cirque, prend le lion et laisse son nom, il s'appelera désormais Alexandre Romanès et non plus Bouglione. On le voit s'éloigner sur les routes.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by lanuitparle - dans contes
commenter cet article

commentaires