Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

blog de lanuitparle

Un truc où j'écris

 

vous êtes ... à avoir visité

6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 20:12
IMG_2302.jpg

En medina hier, 3 hommes jouent aux dames, les pièces sont des bouchons de bouteille de gaz, 2 couleurs, jaune et blanche. Je m'approche, l'un d'eux me propose de jouer. Je m'assois. J'essaie de changer les règles, mais ça ne marche pas, j'ai à faire à un tueur. Pourtant, je fais ça au boulot parfois (on a une ludothèque) et Germaine n'y voit que du feu. "N'y voyait que du feu" parce que maintenant, elle m'appelle le tricheur et part en courant quand elle me voit. Malgré ses 75 ans.
Le type sourit. Le jeu est plus court que celui que je connais.   

Il ne compte que 8 cases au lieu de 10, et les pièces sont disposées sur 3 rangées. Le type sourit et joue vite. C'est louche. 
Cela dure 1 minute et je suis cuit, rétamé, couché, massacré, à même le sol, on appelle le Samu, la police, les pompiers.
Dans un sursaut d'orgueil, je me relève, le souffle court, le regard franc, genre "là mon petit gars , tu vas voir à qui tu as à faire". La perfusion pend à mon bras. M'en fiche. J'ai remonté mes manches. J'aurais bien mis mon kimono mais je ne rentre plus dedans. 
Bref, je suis prêt, le type sourit toujours. Un alien sans doute. Qu'à cela ne tienne "ça va barder". 
Et ça barda en effet. Cela barda tellement que son ami, son comparse plutôt, celui qui se tient derrière, à gauche sur la photo, eut le toupet de jouer à ma place, dès le deuxième coup. Il arrêta chacun de mes gestes, m'hypnotisant. M'engueulant presque lorsque la fatigue allait me faire commettre l'erreur fatale. Bien sûr j'aurais fait mieux mais j'ai un tel respect pour ces hommes que je le laissai faire. (J'aimerais bien écrire "laissa faire", ça fait plus passé simple).
Je le laissa faire et il le fit le bougre.
Et je fis dame et je gagnai. Quelle victoire !   
L'homme me proposa la belle. Ce que j'aurais accepté volontiers, mais son âge canonique me faisait craindre le pire. Pour sa santé bien sûr. 
Je déclinai à regret. J'avais gagné.

PS : je relate les faits avec l'autorisation de ces hommes bien sûr. Et aussi, après m'être assuré qu'ils ne lisaient pas le français. Merci messieurs. 

   
    

Partager cet article

Repost 0
Published by lanuitparle - dans le Maroc au quotidien
commenter cet article

commentaires

eugénie 13/02/2010 00:21


Quelle belle partie!!