Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

blog de lanuitparle

Un truc où j'écris

 

vous êtes ... à avoir visité

22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 00:17

medina-rabat-17h.jpg
Là, j’arrive sur le parking de la médina, la médina de Rabat, on est le 21 janvier 2009, la médina est derrière de hauts murs de terre de couleur rouge, je ne pense pas que ce soit du pisé mais bien de la terre, on voit que les murs s’abiment et puis il y a plusieurs entrées pour rentrer dans la médina. C’est crénelé en hauteur, on voit des palmiers en hauteur et un ciel bleu magnifique.

Il commence à faire frais là, alors qu’il a fait très beau toute la journée, il est 16h30 environ, je suis en train de longer une terrasse où il n’y a que des hommes et je suis à côté de la voiture que je viens de garer.

Quand je suis entré dans le parking, on m’a demandé tout de suite si je voulais faire nettoyer la voiture, parce qu’on peut faire nettoyer la voiture pour 20 dirhams et l’on récupère un véhicule propre.

Là, c’est un parking officiel mais à Rabat, il y a aussi, comme dans les autres du pays du Maghreb des petits gardiens et les petits gardiens en fait ce sont ces hommes qui gardent la voiture pour 2 dirhams, ça peut durer très longtemps, et ce sera le même prix sans aucune garantie que la voiture ne se fasse pas embarquer, donc si on voit un petit gardien ici, il ne suffit pas de lui donner des sous pour que la voiture soit bien  gardée. Et il faut bien faire attention à l’endroit où l’on stationne. Là, j’arrive à une entrée de la médina, qui s’appelle le marché central parce qu’il y a un marché couvert essentiellement composé de commerces de légumes.

Là je vois devant moi des femmes porter des couleurs turquoises en jean avec des foulards sur la tête.

Très peu de femmes voilées,  pas de femmes à la burqua notamment mais en revanche plein de femmes avec des foulards sur la tête et des vendeurs à la sauvette, particulièrement à l’endroit où je suis des vêtements qui sont étalés sur une couverture et plutôt du sportswear, je suis en train de longer maintenant des boutiques.

Là je suis entré dans la médina et je longe des boutiques, une boutique où l’on trouve des ustensiles de cuisine, je continue à évoluer, et je passe devant une fromagerie, une pâtisserie, de nombreuses petites boutiques, je viens de demander à l’instant à quelqu’un si je pouvais faire une photo de sa boutique, où j’ai acheté des piles. Il a refusé.

Là je viens de croiser une dame dans un fauteuil roulant, poussée par une autre jeune femme. On voit beaucoup de personnes handicapées, ici à Rabat. Alors, sans doute ailleurs également.  Et des gens qui font la manche, on voit ça aux feux rouges, où vous êtes interpellé par des gens qui tendent la main et quelqu’un qui pousse.

Ça, ça m’est arrivé à plusieurs reprises. A nouveau des boutiques, dont l’une où l’on trouve des bonbons, des gâteaux. Beaucoup, beaucoup de bonbons dans les étales ici.

Maintenant, un autre commerce avec des bouteilles d’alcool. Alors ça c’est l’un des paradoxes du Maroc où la vente d’alcool est interdite et pourtant on peut trouver des endroits où l’on peut acheter de l’alcool avec une entrée réservée aux clients qui viennent acheter ce genre de produits.

Maintenant un marchand de jus d’orange frais qui vend aussi des escargots et un marchand de pâtisseries, des petits pâtisseries comme on pourrait en trouver en France.

Là, toujours chez le marchand, parce qu’il a un étale très long, je trouve des millefeuilles, c’est vraiment une spécialité des pays du Maghreb. Maintenant un dame sur ma droite, une autre dame sur ma droite, elles vendent toutes les deux des tsemmens et du pain.

Ça, ça se voit beaucoup, comme si les gens faisaient leur propre production et puis venaient vendre ces propres productions sur le marché.

Décidément, je vois beaucoup la couleur turquoise, je vois une dame porter une djellaba de cette couleur. Alors ici, à l’entrée de la médina, il a un commissariat sur la droite.

Les policiers sont très très présents, pas trop dans la médina mais beaucoup sur les routes.

J’aime beaucoup cet endroit. Là j’ai rendez-vous dans un café, sur ma gauche.

Je vais m’approcher de ce café et je vais arriver par la terrasse bien entendu.

Et cette terrasse, j’en suis sûr va être composée essentiellement d’hommes, les femmes ne vont pas au café ou pas dans ces cafés-là. Les femmes du peuple, les marocaines ne vont pas en règle générale dans les cafés. Je suis entrain de longer des boutiques de jouets, il y en a plusieurs, peut-être 3 ou 4, sur ma gauche.

C’est quelque chose de propre à la médina ça, où les boutiques sont classées par thèmes. Maintenant un monsieur qui cire les chaussures, on fait cirer les chaussures pour 5 dirhams. On pose le pied sur une boite en bois, à l’emplacement réservé à cet effet et la boite s’ouvre et le monsieur en sort ce dont il a besoin pour cirer les chaussures après avoir protégé les chaussettes avec un morceau de carton.

Et maintenant, j’arrive à la terrasse du café où j’ai rendez-vous, il n’y a aucun homme, je vais m’asseoir. Et devant moi, c’est la véritable entrée de la médina, il y a une foule incroyable, plein de marchands ambulants. Parfois je vois les policiers demander aux marchands de remballer leur camelote. Derrière moi ce sont les bruits de la vente. Parce qu’on est interpellés par les vendeurs. Et il y a un homme qui vend des manteaux de femmes. Chacun s’est spécialisé dans la vente d’articles particuliers, des jeans pour l’un, des laines polaires pour l’autre. Ce qui est vraiment impressionnant, c’est de voir comment les thèmes peuvent s’adapter à la situation météo. Les parapluies se vendent immédiatement dès qu’il pleut et des jouets de plage dès qu’il fait beau.

Voilà j’aime bien cet endroit-là, c’est vraiment un mélange de tradition et de modernité avec des hommes au portable notamment alors qu’ils vendent des produits à l’entrée de la médina.  

Partager cet article

Repost 0
Published by lanuitparle - dans mes 5 minutes
commenter cet article

commentaires