Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

blog de lanuitparle

Un truc où j'écris

 

vous êtes ... à avoir visité

12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 12:03

Je l'ai vu dans un espèce de Prisunic à Bayonne, sous les arcades, à côté d'un chocolatier dont l'homme m'avait un jour dit au sujet de sa femme "elle mange 6 kgs de chocolat par mois, mais rapporté à chaque  jour, ça ne fait que 200 grs". Sur le moment j'avais bien entendu trouver les quantités énormes, mais c'est vrai que "rapportées à chaque jour", elles en devenaient presque ordinaires. Et maintenant, 20 ans plus tard, maintenant que j'ai lu Charlie et la chocolaterie, ces quantités englouties chaque année me paraissent extraordinaires et m'ont rendu sympathique cette femme que je n'ai jamais vue.   

J'y vois là, l'une des expressions que l'amour peut prendre entre un homme et une femme, il s'agissait juste de trouver le bon angle pour en parler. La mesure "jour" constituait ce bon angle tout en rendant les choses plus gigantesques encore quand l'angle d'oservation de la relation de cette femme au chocolat devenait l'année. Combien cette femme mangeait-elle de chocolat par an ?  

Un endroit dans lequel il faisait toujours sombre ce prisunic, éclairé par une lumière artificielle donc blafarde, avec un coin à bonbons devant l'issue de secours. Le soleil, empêché par la largeur des arcades, n'a jamais pu pénétrer à l'intérieur du lieu. C'était un fauteuil très bas pour enfant, de couleur jaune, en plastique.

Depuis chacune de mes filles s'est assise dessus, je l'avais repéré pour la chambre de Marie.

Marie avait déjà une table rouge. J'avais souvent Marie à la maison, le week-end, les temps de midi.

J'étais avec Marie lorsqu'elle se se sont vues pour la première fois, Marie et le petit fauteuil jaune. Je sais que le premier mouvement entre cette petite fille et le fauteuil na pu être que l'oeuvre de Marie. Mais je n'aurais pas été surpris d'entre la chaise dire un truc du genre :

"Viens t'asseoir jolie petite fille blonde" en prenant l'air le plus engageant et la posture la plus confortable.

Alors Marie s'est assise et l'affaire était entendue et l'union d'une chaise et d'un enfant consommée. J'ai demandé à Marie si elle voulait que l'on prenne la chaise. Marie la voulait, s'est assise et je n'ai pas pu décoller les fesses de l'enfant du plastique jaune. Je suis passé à la caisse ainsi en portant Marie dans son fauteuil, contre ma hanche. Et nous sommes rentrés aussi ainsi, Marie, le fauteuil et moi.

Le pouce dans la bouche de Marie, Marie, le fauteuil et moi.

Il fallait franchir la Nive. C'est cette ricière qui se jette dans le fleuve Adour.

Arrivés à l'appartement, j'ai posé le fauteuil dans la cuisine, tout contre la petite table rouge et j'ai préparé le repas. Marie suçait son pouce, rêveuse, je les avais mises à côté de moi. 


Partager cet article

Repost 0
Published by lanuitparle - dans mes filles
commenter cet article

commentaires